vendredi 11 juin 2010

Autant que la Belgique, la musique hispanique c'est fantastique - I

Oui, on loue souvent - et à juste titre pour la plupart du temps - l'incroyable fertilité de la scène belge en matière de musique. En effet, nos voisins nous régalent à grands coups de Deus, Sharko, Girls in Hawaii, Mintzkov, Jéronimo, Hooverphonic, Vive la Fête voire Ghinzu et Soulwax (2 groupes que j'aime moins...). On me dit dans l'oreillette que j'aurais oublié K's Choice ? Euh... non... K's Choice pour moi c'est tout pourri et j'essaye de rester crédible. Bref, des groupes créatifs et plutôt bien perçus à la fois par la critique et le public, le tout dans des genres différents.

Et bien croyez-moi ou non, pour la scène hispanique (Espagne + Amérique latine) il se passe la même chose bien que cela paraisse moins évident comme ça. Cela tient d'abord à tout un cas de clichés habituels... bah ouais, hein, la musique hispanique c'est forcément ou les Gypsy Kings (qui sont français...), les chansons de camping, les crooners latinos ou le flamenco imbitable. Un cliché donc rassurant dont on n'a du mal à se défaire. Pourtant cette scène-là vaut la peine aussi. Elle ne bénéficie du même phénomène de "mode" que la Belgique. Pour plusieurs raisons d'ailleurs. En effet, pas mal de groupes espagnols assument le chant en espagnol là-où les Belges assument très rarement le chant en français ou en néerlandais (mais on ne saurait les blâmer sur le néerlandais !). De fait cela entraine un isolement "linguistique", presque "phonologique". Bien des Français - je connais le sujet - diront que l'espagnol c'est que du français avec des "o" ou des "a" à la fin des mots et que donc c'est facile à comprendre mais moche, d'autres diront que ce n'est pas une langue pour le rock. Moi je dis que ça se tient en quelque sorte (le deuxième argument, pas le premier qui relève d'une grave inculture) qu'en effet c'est chaud d'entendre rouler le "r" sur un bon vieux riff de guitare. Mais en même temps ça apporte une vraie originalité. Ensuite, tous les groupes hispaniques ne chantent pas non plus en espagnol, comme les Belges ils brouillent les pistes.

Déjà sur ce blog j'ai posté ou des chansons ou des vidéos de groupes hispaniques dans mon grand "combat" (hé, hé...) un peu perdu d'avance à vous faire découvrir des trucs d'ailleurs sans les clichés qui s'y rattachent. Mais je m'acharne et si un jour l'un d'entre vous a la curiosité de cliquer sur une des vidéos que je m'échine à trouver, j'en serais content ! On va voyager en Espagne, en Argentine, en Uruguay, au Chili...etc. Vous verrez qu'on est souvent loin de "El condor pasa", de la "Macarena" ou "Djobi Djoba"...

Dinero

Je commence par le groupe Dinero (ça veut dire "argent" en espagnol) qui nous vient de Madrid. Ils chantent en espagnol, c'est du rock indé qui n'a absolument pas à rougir en comparaison des habituels anglo-saxons ou des dandys de la patrie de Brel. Leur album éponyme est sorti il y a un an et contient quelques petites pépites faciles d'accès, spontanées. Ils chanteraient en anglais on pourrait leur prédire presque un avenir plus international. Vous remarquerez que même s'ils transpirent, ils "gèrent" pas mal en live.

Dinero - "Mentiras"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire