samedi 12 juin 2010

Autant que la Belgique, la musique hispanique c'est fantastique - II

Dans la série articles où je m'entête, je continue donc sur la musique hispanique... hier j'avais parlé d'un groupe espagnol qui avait tout d'un groupe anglo-saxon (ou belge, c'est selon) mais qui chantait en espagnol. En hommage au match de coupe du monde contre l'Uruguay livré par les Bleus hier, j'enchaîne avec un groupe uruguayen qui s'appelle El Cuarteto de Nos (que l'on pourrait traduire vaguement pas "Le Quartet de Nous-Mêmes"). Le rock est une musique qui fonctionne bien dans ce pays, il y a de très nombreux groupes de vraie qualité, parfois issus de la bourgeoisie d'ailleurs. Oui, l'Uruguay est souvent pris pour le pays bourgeois d'Amérique Latine, on l'a souvent surnommé "La Suisse d'Amérique du Sud"... le pays est très secret, il y a eu une dictature sévère dont on ne sait presque rien en comparaison avec celles plus "connues" d'Argentine et du Chili. Bref, ce côté un peu "à l'écart" se ressent aussi dans la production musicale et artistique du pays. Très proche culturellement de sa voisine Argentine, l'Uruguay parle la même langue avec le même accent (on y parle un espagnol un peu différent qu'ailleurs, pas les mêmes conjugaisons par exemple...etc.). El Cuarteto de Nos est donc une formation rock mais qui fait dans le 3è degré, les textes sont super bien fichus et plutôt drôles, ça parle souvent d'une misère ou sociale ou psychologique mais avec tact et humour... le chanteur ressemble à John Lennon.
El Cuarteto de Nos

Je propose ci-dessous "Ya no sé qué hacer conmigo" (= "je ne sais plus quoi faire avec moi") qui est une chanson qui allie une certaine tradition musicale latina dans le couplet et un sens tout anglo-saxon saturé dans le refrain. Dans les paroles le chanteur décrit tout ce qu'il a fait dans sa vie, ses changements de cap personnels, ses contradictions...etc. De fait il répète à l'envi dans le refrain qu'il ne sait plus quoi faire avec lui-même vu qu'il a tout essayé. Le clip est juste fabuleux, rien que pour ça il vaut la peine d'être regardé.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire