vendredi 25 juin 2010

Courrier perso

"J'espère bien que tu te sens obligé de me donner de tes nouvelles ..... Et ce sera ainsi tant que je ne te sentirai pas "sauvé des eaux "...... Et même après, d'abord !......

Dans mon mail, je te dis "explique, Bordel " : je dois bien t'avouer, qu'en le relisant, je me suis dit, qu'effectivement, je n'étais pas très explicite ! Mais, c'est tout simplement en rapport avec l'antépénultième phrase ! Je veux savoir si tu as assez d'argent pour descendre à B. ou pour aller voir Y. à P., ou simplement pour t'acheter de quoi manger correctement.

Je sais que tu éprouves une certaine pudeur à parler de fric, mais j' m' en fous, je veux savoir si tu as besoin de moi à ce niveau-là. Je peux te le dire, maintenant. Y., quand elle est venue te voir, voulait aller retirer de l'argent et te le mettre sur la table sans te le dire, pour que tu le trouves après son départ et que tu n'en sois pas gêné. Mais, j'ignore pourquoi,  elle n'en a pas eu l'occasion ! Je lui ai répondu que c'était mieux ainsi car, tu aurais été capable de mal le vivre !!! Avec tes scrupules...ou ta fierté mal placée !

Tu vois, je ne t'épargne pas ! 

[...]

ET PUIS DIS-TOI QUE Y. ET MOI SERONT TOUJOURS LA.

[...]

Je te laisse pour le moment.
Je t'écris avant le week-end. 

[...]"

____

Je sais le côté un peu étrange (surtout quand on connaît ma pudeur et timidité maladives de base) que ça peut avoir de balancer comme ça mes échanges de mails ou sms (que j'édulcore), mais bon, ça a un côté rassurant pour moi de savoir que j'existe en vrai pour certains. Alors je me fais exister dans des espaces supplémentaires... je le grave dans un autre "marbre", lisible de personnes qui ne me connaissent pas trop... quand à ceux qui me connaissent et qui liraient ce blog, à qui j'ai envoyé l'adresse, j'aime l'idée qu'ils ne puissent jamais se dire qu'ils ne "savent pas", ça relève d'une logique crétine mais elle est au moins exutoire à ma manière (même si "ça sert à rien" me dira-t-on, moi ça me sert puiser un peu d'énergie dans une forme de rancœur). Je sais qui  passe sur mon blog (d'ailleurs qui est mon fan de Charente ? Faut pas être timide et écrire, je ne suis pas méchant ! ;-) ). Manière aussi de montrer à deux ou trois ici qui s'inquiètent pour moi que je ne suis pas complètement seul au moins en pensée, qu'il y a de la bonté autour de moi, qui sait ce qu'il se passe justement, loin mais autour de moi. Les autres ? Ben toujours des trouillards muets... ou pire : des feignasses car l'amitié est un sacré boulot, de longue haleine ! ;-)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire