jeudi 17 juin 2010

"Retour à l'hôtel"


"Mieux vaut préférer la rage
que la politesse, les faux-semblants
on sait au moins qu'un jour, s'il faut tourner la page
on aura fait preuve de tempérament
on aura au moins fait trembler les barreaux de la cage
on aura pas vécu tout doucement
certains couples deviennent parfois si sages
qu'on se demande si ils ont un jour existé vraiment
ils ont tellement fait et refait le ménage
qu'on n'y voit désormais plus que du blanc
leurs paroles passées, repassées au repassage
pas un défaut de chez eux ne sort vivant

Car rien ne peut rester comme ça dans les nuages
c'est la terre qui nous attire assurément
de toute façon on ne craint pas l'atterrissage
on sait que le scratch est prévu et même imminent.

Pour avoir de nouveau du cœur à l'ouvrage
pour croire encore à des sentiments
qui prennent si rapidement de l'âge
qu'on ne les reconnaît plus au bout d'un moment
il nous faut rester les plus sauvages
rester anthropophages le plus longtemps
ne pas perdre le goût des carnages
ne pas perdre le goût du sang
c'est ce qui fait que pour l'instant rien n'est flasque
ni ton ventre, ni ton rire à pleines dents
quand j'emmerde à cent mètres tout l'entourage
et que tu me ramènes à l'hôtel si tendrement

Car rien ne peut rester comme ça dans les nuages
c'est la terre qui nous attire assurément
de toute façon on ne craint pas l'atterrissage
on sait que le scratch est prévu et même imminent

Car rien ne peut rester comme ça dans les nuages
c'est la terre qui nous attire assurément
et à part faire un enfant sage
que peut-on faire de plus remuant ?"

Aucun commentaire:

Publier un commentaire