mardi 20 avril 2010

Guadix

Sur la face nord de la Sierra Nevada existe un lieu comme hors du monde. La ville a de toute façon un nom de science-fiction : Guadix. Située donc en Andalousie à environ 60 kilomètres de la capitale de province (Granada) cette ville de 20 000 âmes a comme un caractère schizophrène pour ce qui est de son aspect. En "bas" la ville a  déjà son charme, des sortes d'avenues larges qui coupent des petites rues plus étroites, des murs colorés jaunes, nourris de soleil et ses joyaux architecturaux comme la cathédrale ("Santa María de la Encarnación") qui est une sorte de patchwork entre différents styles, hésitant sans cesse entre le gothique ou le néo-classique. On y trouve aussi, comme dans pas mal de villes andalouses, une "alcazaba" (un fort arabe) imposante, solide, sûre qui surplombe la ville.
Cathédrale Santa María de la Encarnación à Guadix (Espagne, Andalousie, février 2009) (c) p.o.v.



Puis si l'on monte on découvre l'autre visage de la ville, un décor étrange de "cuevas" troglodytes, ces maisons creusées directement la montagne, la faisant ressembler à un harmonieux gruyère de roches. Nombreux sont les points de vue ("miradores") où l'on peut admirer la beauté des lieux et leur "étrangeté" attirante. 
Ces "cuevas" sont habitées depuis très longtemps, la ville faisant même de gros efforts pour les retaper pour des raisons (évidentes) touristiques. J'ai eu la chance de visiter les lieux en morte saison, ce qui fait qu'il y avait peu de monde, peu de bruits, pas de touriste et cela "surdimensionnait" davantage l'endroit et ce sentiment de plénitude qui peut envahir celui qui compte ses pas en tel décor. 
La population des "cuevas" semble très populaire, les "anciens" toujours fiers de nous faire visiter leur maison et raconter l'histoire de la ville cotoient les jeunes d'origine gitane.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire