vendredi 23 avril 2010

Kristin Hersh

 Kristin Hersh dans les années 90, portrait promotionnel (trouvé sur Google Images)

J'ai toujours été fasciné par Kristin Hersh qui n'est plus une jeune première. En effet elle "sévit" depuis le début des années 90 où elle avait créé The Throwing Muses, une des majeurs influences du rock indépendant de cette époque bénie par les mélomanes. Kristin Hersh est en effet une des premières artistes femme à avoir une réelle approche rock un peu à la façon des garçons sans pour autant perdre de sa grâce toute féminine. Elle n'hésite pas à parler d'alcool, sexe ou folie, des sujets un peu boudés par les chanteuses de la même époque. Elle a dû pas mal décomplexer celles qui plus tard auraient un succès commercial telle, pour prendre un exemple au hasard, Alanis Morrissette qui en sont plus ou moins les héritières, avec le trait de génie en moins à mon goût. Les compositions de Hersh, déjà avec les Throwing Muses (formé au départ avec sa demi-sœur Tanya Donelly qui créerait d'autres groupes comme The Breeders ou son jouet à elle : Belly), sont marquées par cette espèce de colère gracieuse où le chant alterne sans cesse entre ligne claire et cris. Le tout avec son tic de se balancer de gauche à droite quand elle joue de la guitare et ses yeux exceptionnellement clairs et beaux.


La carrière solo de Kristin Hersh n'a fait que creuser ce sillon, là où apparaissent, au détour de paroles parfois codées, tout l'esprit torturé et magnifique de la chanteuse. En ce qui concerne les compositions, elles sont souvent déroutantes : parfois elle peut tenir 4 minutes sur un seul et même motif, parfois une seule chanson peut en contenir trois (un peu à la manière d'un Frank Black). A noter que sur un bon nombre d'albums c'est elle qui joue tous les instruments car elle est notamment connue pour sa débrouillardise.


Elle se défait à sa guise des carcans habituels du couplet/refrain, ce qui n'est pas pour me déplaire. Sa voix, profonde, puissante, s'est éraillée au fil des années pour mon plus grand bonheur car elle laisse apparaître toute cette fragilité derrière la solidité sonore.


C'est une artiste très prolixe, elle a sorti beaucoup d'albums, parfois de qualité inégale, mais chacun d'entre eux contient une ou deux pépite. Elle officie, à côté de sa carrière solo, dans le groupe punk/power rock 50ft Wave et a reformé pour quelques concerts le setup originel des Throwing Muses. Ses apparitions en solo en concert sont à l'essentiel acoustique ce qui met réellement en avant le squelette magnifique de ses compositions torturées.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire