lundi 9 août 2010

Dernière semaine tourangelle

Voilà, après presque deux ans dans le coin, je vais enfin quitter la Touraine, Monts et Tours.  Encore à peu près une semaine, et pschitt... Cela restera l'endroit d'un long trou noir, une année pénible au boulot mais socialement riche suivie d'une année pauvre et destructrice. Normalement quand on vit en Touraine on se doit d'y apprécier le savoir-vivre, entre les châteaux, les belles cités, les bords de Loire...etc. Certes, les environs sont jolis mais j'ai appris à mes dépens que le paysage n'est absolument rien sans quelques bulles pour l'animer. Les châteaux sont majestueux, j'ai dû en visiter une quinzaine sur ces 24 derniers mois (enfin à vrai dire, j'en ai visité les 90% dans les 12 premiers), les habitants plutôt sympas, les rues accueillantes et chargées d'histoire... seulement moi je n'ai rien mis dans ces rues, si ce n'est beaucoup de peine la deuxième année au point de ne plus être capable de reposer les pieds dans le centre-ville de Tours entre janvier et juin. La dernière fois que j'ai remis les pieds en centre-ville de Tours oui, ça faisait presque 6 mois que j'y étais pas allé, depuis fin janvier. Autant dire le ressenti bizarre que j'ai eu à discuter dans les rues de la ville avec une pote venue me voir à l'été naissant. J'étais complètement perdu alors que j'y trainais très souvent encore dans ma première année sur place. Comme si refouler les pavés de la ville c'était pervertir les quelques bons souvenirs que j'en gardais. Il m'était insupportable de marcher dans des lieux où restaient des traces des bonnes choses. Je suis devenu un étranger à la ville, près de chez moi. D'ailleurs, vous aurez remarqué que je n'ai jamais pris une photo de Tours par exemple (j'ai dû, si, en prendre à mon arrivée, genre en septembre 2008)... et pourtant la ville est belle, typiquement française et typiquement de Touraine. Mais je ne sais pas, remarcher dans les rues c'est un vrai calvaire. J'avais essayé de m'y promener seul en avril, j'étais perturbé, je n'arrivais pas à faire plus de 100m dans la ville avant de remonter bourré d'angoisse(s) dans ma voiture. J'en suis devenu allergique. Dans cette ville, dans ces lieux, dans les rues, il y a eu comme une magie pervertie. Je suis d'autant plus soulagé de me dire que très probablement je n'y mettrai plus les pieds de ma vie... Tours, Monts ont été mes prisons, je n'ai plus envie d'y revenir. Malgré tout, pour ceux qui ne connaissent pas la ville, je mets une vidéo ci-dessous : je l'ai visionnée, ça m'a fait un drôle d'effet, le même que mon "retour en elle" au mois de juin.
Bye, bye Tours... Bye bye Monts... comme une belle histoire possible qui s'est transformée en cauchemar... enfin je te quitte. Y, ¡ Viva España !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire