jeudi 30 décembre 2010

Sol de invierno

Javiera Mena est une artiste pop indé chilienne (oui, ça existe...)... encore une fois je ne traduis pas puisque "l'espagnol c'est facile à comprendre"... ok, je le répète trop mais je le répèterai autant de fois que je l'ai entendu pendant que je faisais mes études et que des connauds qui pensaient faire des études plus nobles sous-entendaient qu'en fait j'avais choisi une voie facile. Une de mes tantes m'avaient demandé - alors que je venais d'avoir mon bac "Alors Pierre, qu'est-ce que tu vas faire ?", j'avais répondu "Je vais en fac d'espagnol", ce après quoi ma tante concluait sur cette remarque "Ah ?! Je pensais que tu pouvais faire mieux"... le nombre de fois où ensuite j'ai entendu des gens me dire "Arf, l'espagnol c'est quand-même facile, on comprend tout... c'est pas bien compliqué". Donc, voilà, amis français qui comprenaient forcément tout de l'espagnol, je vous laisse comprendre. J'ai fait de longues études d'espagnol, j'habite en Espagne depuis 5 mois et parfois moi-même je n'arrive pas à tout comprendre, donc je m'en remettrai désormais aux génies de la compréhension spontanée d'une langue "facile à comprendre". Si l'on ne fait pas de russe ou de japonais les autres langues sont faciles "parce que moi, j'comprends tout hein, si on le parle lentement, y a des mots qui ressemblent". Pourtant, l'espagnol comme le russe ou le japonais a ses difficultés, notamment le débit extrêmement rapide des autochtones quand ils le parlent... si à l'écrit pour un français ça reste abordable parfois parce que 2 ou 3 mots se ressemblent, à l'oral c'est une autre histoire à la fois à parler et à comprendre. Je n'ai jamais eu trop de problèmes à comprendre l'anglais en V.O. dans certains films... pour l'espagnol je tends encore l'oreille bien que j'en mange matin, midi et soir. Bon là, top facile pour vous, la chanteuse chante très lentement donc tout est clair comme de l'eau de roche, non ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire