mardi 20 avril 2010

Aussitôt Mort - "Percuté"


Il n'est jamais trop simple d'imposer ce genre de musique aux oreilles des "profanes". Déjà le nom du groupe renvoie à quelque chose de malsain et il y en aura toujours pour vous expliquer que ce n'est pas anodin d'écouter pareil groupe avec pareil nom. Ce qui est intéressant avec ce genre de musique c'est qu'elle punit tout auditeur impatient, tout auditeur formaté et peu curieux ; sitôt que l'on préciserait qu'Aussitôt Mort est un groupe de "posthardcore" à tendance "screamo", y en aurait-il pour suffoquer jusqu'à l'évanouissement à subir tel verbiage, tel jargon... la plupart du temps ce qui n'est pas habituel n'est pas ou n'a pas lieu d'être. Pourtant, pourtant...

Aussitôt Mort est donc un groupe de "posthardcore" français à la tendance "émotion criée" (pour traduire mal "screamo"). Le posthardcore est une version plus "complexe", plus arty, du "hardcore" qui est un genre rock énervé issu du punk... en soi, comme diraient les mamans, "c'est des malades qui crient, ils chantent même pas, et c'est pas mélodique, il y pas de refrain, pas de couplet, c'est à n'y rien comprendre". L'auditeur formaté se croit donc puni. Ensuite, on pourrait penser que pareil barouf avec des vocalises de porc à l'agonie est la prime faite à la violence et aux messages débiles. Certes, l'auditeur impatient sera donc vertement châtié. 

Le morceau "Percuté", comme beaucoup de titres d'Aussitôt Mort (et de la vague française de la même caste tels les Amanda Woodward ou autres Daïtro) est subtilement écrit  (parce qu'il y a un refus de la complexité) et  surtout subtilement composé. La longue intro existe pour que l'explosion qui suit ait un sens, l'explosion en cris existe pour que  l'émotion ait un sens car elle ne doit pas être esthétique mais viscérale. Les paroles sont tout sauf un non sens, la mélodie tout sauf un labyrinthe bruyant. La subtilité n'est pas affaire de volume sonore mais de projet et de vision du monde, de soi et de son art. S'il y a violence dans cette musique, c'est la violence des émotions brutes que l'on ressent dans la douleur, dans l'injustice, dans la solitude, dans le combat. Aussitôt Mort fait donc de la musique qui renvoie à l'émotion... certainement pas à la violence. Seulement, sans doute ceux qui élèvent Aznavour au rang des grands paroliers et interprètes subtils ne doivent absolument rien comprendre à mon arrogance postadolescente.

"Bien obligé de continuer à vivre
Malgré la sourde souffrance
Bien obligé d'échelonner la peine
Une dette et pas de moyen de quittance
Pour se forcer à ne plus être hanté
Par la froideur d'un début d'hiver
Par l'horreur d'un rendez vous funeste
Par le visage de tes pairs
Percuté par les mémoires
Et qu'est-ce que ça nous apprend?
Vivre sa vie comme on l'entend
Si c'est ce qui nous attend
Ne jamais perdre son temps
Et que tout ça serve au moins à quelque chose.
"


Aucun commentaire:

Publier un commentaire